Un vent de surnaturel a soufflé sur mon été !

 

 

Bonjour à tous ! Cette fois-ci, plutôt que de vous livrer une chronique relativement longue sur un ouvrage unique, j’avais envie de vous parler de plusieurs de mes dernières découvertes, toutes catégories confondues. Voici donc trois de mes lectures préférées faites cet été, regroupées sous le thème du « surnaturel » ! J’espère que ça vous plaira !

 

Cet été, allez savoir pourquoi, j’ai eu envie de mettre un peu de magie dans ma bibliothèque, un peu de bizarroïde, un peu d’inhabituel et de fantastique dans ma collection de lectures parfois un peu trop sages. Comme une envie de nouveauté, de légèreté ! Alors j’ai ouvert grand les fenêtres, laissé entrer l’air neuf du dehors, histoire de voir un peu ce qu’il allait m’apporter. Nous voici donc avec la petite sélection d’ouvrages suivante, avec respectivement un roman, un essai et un manga ! De quoi satisfaire toutes les envies :

  • Le Dieu Dans L’Ombre, Robin Hobb
  • Âme de Sorcière, ou la magie du féminin, Odile Chabrillac
  • Mes Voisins les Esprits, Shirotori Ushio

 

On commence ?

 

Le Dieu Dans L’Ombre, par la géniale Robin Hobb

éditions ActuF

ete surnaturel 2Quatrième de couverture : « Loin de ses forêts d’Alaska natale, Evelyn est propulsée dans le monde de Tom, son mari, avec son fils Teddy. Coincée dans la vie quotidienne de sa belle-famille, la jeune femme ne se retrouve pas dans la place de femme et d’épouse qui lui est assignée. Fuyant les tâches ménagères et le désœuvrement, elle replonge dans ses souvenirs d’enfance qui oscillent entre nature et poésie, aux côtés de son ami Pan, le faune mystique avec qui elle a grandi…

Lorsqu’il réapparaît, des envies de liberté mêlées de rêves sensuels s’agitent en elle. A mi-chemin entre la civilisation et la nature, sous le couvert des arbres glacés, Evelyn devra faire face à des choix terribles : trouvera t-‘elle  son chemin dans l’ombre ? »

 

Celui-là, c’est mon gros coup de cœur, autant le dire tout de suite. Je ne sais pas par où commencer exactement. Ça faisait si longtemps que je n’avais pas lu de fantasy, et j’ai vraiment adoré ce roman.

Le premier gros point fort pour moi réside dans l’ambiance et le décor : ces longues scènes passées comme dans un rêve dans la forêt sauvage qui nous y apparaît pourtant étrangement familière et protectrice. Tout le roman est profondément marqué par le rapport particulier du personnage d’Evelyn à la nature : sorte d’enfant de la forêt, elle éprouve de grandes difficultés à s’adapter à un environnement plus « civilisé » et rêve d’un retour à l’authentique, à la liberté , un idéal incarné par Pan, créature mythique et ambiguë qui hante Evelyn et marche dans son ombre en réitérant un appel de plus en plus tentant. Et ce rêve vient, progressivement, nous habiter également.

Et c’est là qu’intervient le second point fort de ce roman, à savoir le talent incontestable de Robin Hobb pour nous faire ressentir les mêmes émotions et faire jaillir de simple mots imprimés sur le papier des angoisses, des doutes et des désirs qui nous paraissent si réels qu’ils nous saisissent à la gorge. Petit à petit la magie du roman opère, la lecture devient addictive, le besoin de tourner les pages se fait plus pressant.

Ce livre, je l’ai dévoré en deux jours. Et ça faisait longtemps que je n’avais pas lu un récit qui sache autant me tenir en haleine, me faire oublier tout le reste dès les premiers mots lus et me procurer un tel sentiment d’évasion ! Ça fait énormément de bien.

Le Dieu Dans L’Ombre, c’est l’histoire d’une quête de soi, d’une personne qui cherche sa place, et au fil des divers événements parfois très douloureux qui parsèment cette lutte intérieure pour choisir entre ce que l’on est supposé être, la place que les autres nous ont laissée, et l’appel déraisonnable et dangereusement tentant de ce que l’on désire au plus profond de soi, se dessine la possibilité à la fois inquiétante et séduisante d’un tout autre monde qui s’offre, d’une existence nouvelle tellement plus riche et vraie.

Je n’ose pas vous en dire plus, de peur de trop en révéler, mais si vous êtes un tant soi peu amateur de ce genre, courrez chez votre libraire ! Courrez, vous ne le regretterez pas.

Je me suis lancée dans ce roman un peu à l’aveugle, sans trop savoir où j’allais tomber et sans soupçonner toute la profondeur que j’allais pouvoir trouver derrière ce récit poétique et passionné. Je l’ai dévoré avec une gourmandise irrépressible et la tête pleine d’interrogations et d’hypothèses, avide de la suite, j’en ai dévalé les dernières pages avec la gorge nouée, et l’ai finalement refermé avec le sentiment d’avoir vécu un incroyable voyage.

 

(aïe aïe aïe, cet article ne sera pas si court que ça, finalement !)

 

Âme de Sorcière ou la magie du féminin, par Odile Chabrillac

éditions Pocket

ete surnaturel 3Quatrième de couverture : « Symbole subversif de la révolte féministe, la figure de la sorcière est de retour, prête à questionner nos choix, notre rapport au monde, à la sexualité, à la rationalité… Et ce qu’elle a à nous apprendre peut changer notre vie !

Sages-femmes, guérisseuses, femmes de pouvoir… les sorcières ont osé défier l’ordre établi. Loin des clichés et du folklore, elles ont laissé en héritage un savoir riche et multiple : célébrer son corps et sa sensualité, se ressourcer dans la nature, utiliser les vertus des plantes, s’ouvrir à l’énergie et à l’intuition… ou autant de pistes pour toucher à la magie du féminin. »

 

Odile Chabrillac signe une ode surprenante et efficace à la femme libérée, en étudiant l’histoire de la féminité, de ses entraves et de sa construction, à travers le prisme singulier et ambigu de la figure de la sorcière.

La sorcière… cette image fantasmée et inquiétante d’une femme libre et sensuelle, toute puissante et surtout, ce pour quoi elle posa le plus problème, maîtresse d’elle même. Cette image qui a nourri les imaginaires et les craintes, qui a inspiré la méfiance d’avantage que le respect et qui, par le mystère et la force d’émancipation qu’elle sous-entend, a souvent été synonyme de malédiction pour la femme, le prétexte justifiant qu’on la surveille, qu’on la punisse, qu’on étouffe encore d’avantage cette rage libératrice et cette soif d’indépendance, désirs légitimes, qui l’agitent. Et cette image qui, finalement, à travers les siècles toujours fascine.

De nombreux thèmes sont abordés dans cet ouvrage, de la conception compliquée de la figure de la femme à travers l’Histoire à la nécessité, aujourd’hui, de chérir et célébrer  cette féminité si longtemps entravée, le respect et la conscience de cette force sauvage, emprunte de mystères et reliée pourquoi pas à des énergies qui transcendent le visible.

Une ode à soi-même, à chacune, un encouragement à s’aimer et à prendre conscience de la valeur et du potentiel qui sommeillent en nous. Un élan libérateur, un souffle nouveau et vigoureux, une voix inspirante qui fait gronder le tonnerre en soi, et le velours savant de la plume d’Odile Chabrillac.

A lire sans plus attendre.

 

Mes Voisins les Esprits, par Shirotori Ushio

éditions Doki Doki

ete surnaturel 4Quatrième de couverture : « Afin de retrouver les Notes Sur Le Royaume Des Morts qui lui permettront d’en savoir plus sur la disparition de sa mère, Yachiho emménage avec son chat dans une vieille maison abandonnée où se passent des choses très étranges. Elle va y faire la rencontre de Moro, un mystérieux esprit qui lui demande de l’aider dans son « travail »… Et la jeune fille n’est pas au bout de ses surprises avec toutes les créatures fantastiques étonnantes qu’elle va côtoyer ! »

 

La quatrième de couverture indiquait également « Une fabuleuse plongée dans l’univers des esprits japonais! », et je ne peux que valider !

Si ce premier tome souffre selon moi d’une entrée en matière un peu trop précipitée et d’un manque de contextualisation (comme c’est souvent le cas lorsqu’on débute un nouveau manga, en fait), cela ne m’a pas empêchée de plonger avec délice dans son ambiance particulière.

Les décors, principalement les vastes pièces de la maison aux murs recouverts de vieilles bibliothèques et transpirants le magique, sont très évocateurs et participent grandement à créer une atmosphère chaleureuse et surnaturelle, en particulier grâce aux lierres, racines et branches fleuries qui jaillissent partout et rappellent constamment ce que le lieu à d’hybride et hors norme, un lieu de passage, de liaison entre la vie et la mort, le réel et le surnaturel (puisque la maison abrite le fameux « passage vers le monde des morts » emprunté par les esprits), avec cette vie sauvage et indomptable qui s’insinue partout et garnit l’espace.

Les dessins sont très doux, les esprits apparaissent sous de multiples formes et présentent tous des caractéristiques bien particulières avec lesquelles nous apprenons à nous familiariser en même temps que Yachiho.

La douceur esthétique et l‘innocence de ce manga sont, à mon sens, ses deux principaux atouts et sont d’ailleurs les raisons pour lesquelles je me suis lancée à sa découverte sans hésiter, mais il est indéniable que ce manga dégage, à sa manière particulière de mêler des histoires de maison hantée et de royaume des morts aux thèmes de la nature et de la forêt, représentés par des créatures aussi étranges que bienfaisantes, une certaine poésie.

 

J’espère que cette revue livresque vous a plu ! Avez-vous lu ces ouvrages ? Venez en parler dans les commentaires.

Vous pouvez retrouver ma précédente chronique de lecture ici : Zéro Déchet, le Manuel d’Écologie Quotidienne – Julie Bernier et venir me rejoindre sur Instagram pour plus de contenu !

 

Prenez soin de vous, lisez,

et à très bientôt !

 

Marie.

 

Un commentaire sur “Un vent de surnaturel a soufflé sur mon été !

  1. Ping : Mes premiers coups de cœur du Grand Prix Des Lectrices Elle 2020 ! – The Mountain Girl in the City

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :